Usage des pavillons sur les bateaux de plaisance

(Source : SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE VEXILLOLOGIE – https://drapeaux-sfv.org/)

 

 

Le bon usage des pavillons sur un bateau de plaisance suppose de respecter quelques règles d’étiquette et une certaine éthique qui appartiennent à la culture maritime. Il est intéressant de les connaître pour essayer de conserver cette partie de notre patrimoine.

Essayons pour commencer de garder notre pavillon en bon état.

Pavillon déchiré

Voici donc pour mémoire quelques règles de base, en se rappelant qu’il n’y a aucun drapeau à bord. On utilise uniquement des pavillons.

 

1. La forme du pavillon national

Drapeau Français

Le drapeau national français est tricolore bleu blanc rouge à trois bandes verticales d’égales dimensions. Ce drapeau est aux proportions «2:3» (deux tiers : deux pour la hauteur, trois pour la longueur).

Pavillon Français  

Mais le pavillon (c’est-à-dire un drapeau sur un bateau) est composé de 3 bandes inégales pour tenir compte de l’effet visuel du flottant.
La répartition est donc : bleu 30%, blanc 33% et rouge 37%. Le pavillon est également aux proportions «2:3».
Il doit être proportionné au bateau.
Ce pavillon est aussi appelé “les couleurs”. Il sert à identifier la nationalité du navire. C’est le plus grand de tous les pavillons et il est obligatoire.

A noter : Le pavillon “Européen” n’étant pas un pavillon national ne doit pas être hissé à sa place

2. L’emplacement du pavillon national

  • Sur les voiliers.
    • il se porte à la poupe au milieu du tableau arrière sur un mâtereau légèrement incliné vers l’arrière,
    • sur un deux mâts il peut être arboré sur le mât d’artimon.

    On évitera de l’installer sur un pataras ou un hauban sauf sur les petites unités.

    On n’installe jamais 2 pavillons sur la même drisse.

  • Sur les vedettes à moteur.
      il y a 2 possibilités :

    • soit à la poupe sur un mâtereau légèrement incliné vers l’arrière installé au milieu du tableau arrière ou à tribord,
    • soit sur un mâtereau sur le toit de la timonerie.

3. L’utilisation du pavillon national

    Il se hisse dans les conditions suivantes :

  • au port en France, de 8H à 20H (mais pas plus tard que le coucher du soleil). Au minimum les dimanches et jours fériés. On ne laisse pas de pavillon la nuit,
  • en mer au sortir et à l‘entrée d’un port,
  • au port à l’étranger, tous les jours de 8H à 20H (ou au coucher du soleil),
  • en mer, dans les eaux internationales. (Division 240 du règlement annexé à l’arrêté du 23 novembre 1987, modifié, relatif à la sécurité des navires – Art. 240-2.05.8)

4. Le pavillon de courtoisie

Comme son nom le suggère, il s’agit d‘une courtoisie envers le pays d‘accueil. Dès que l’on entre dans les eaux territoriales d’un pays autre que le sien, le pavillon de courtoisie est hissé à bloc sous le premier étage de barres de flèche tribord du mât le plus en avant.

Il est envoyé ou rentré au même moment que le pavillon national.

Dans la grande majorité des pays c‘est le pavillon maritime, mais pour les pays de l’Europe du sud comme l‘Italie, c‘est le pavillon national qui fait office de pavillon de courtoisie et pas le pavillon maritime.

Dans certains pays c‘est bien plus qu‘une courtoisie, c‘est une obligation.

Dans les eaux britanniques c‘est le Red Ensign qui est le pavillon maritime et donc le pavillon de courtoisie. Ne hissez jamais l’Union Jack ou la croix de St George (drapeau anglais) sur votre bateau sous peine de tracasseries.

Red Ensign
Red Ensign
Union jack
Union jack

5. Le pavillon de club

C‘est le pavillon de votre Club, on dit aussi guidon du club.

Le guidon est triangulaire, le battant étant égal au double du guindant.

Par défaut il s’installe au point le plus haut de votre bateau. Sur les voiliers traditionnels, ils s’installaient tout en haut du mât sur un bâton.
Avec l’apparition des nombreuses antennes qui occupent désormais le mât des voiliers, l’usage est devenu de porter le pavillon de club sur une drisse fixée sur la barre de flèche tribord, ou à l’étranger sur la drisse bâbord, la barre de flèche tribord étant occupé par le pavillon de courtoisie.

Sur un bateau à moteur, vous pourrez installer un mâtereau spécifique à l’étrave, s’il n’y a pas de mât.

6. Le pavillon breton

Le pavillon breton est un pavillon de courtoisie et ne peut donc pas remplacer le pavillon national.

Le pavillon breton doit donc être hissé du côté tribord du bateau et en aucun cas à l‘endroit où est placé le pavillon national, ni en dessous, ni au-dessus.

Pour l’anecdote, le pavillon breton “Gwenn ha Du” que l’on peut voir flotter partout sur les bateaux n‘est pas l‘authentique pavillon breton.

Le vrai pavillon breton est un pavillon blanc avec une croix noire. Il date de l’époque où la Bretagne était indépendante et porte le nom de “Kroaz Du“.

Pavillons Breton

7. Le pavillon de propriétaire

Ce pavillon est libre. Vous pouvez le créer à votre guise.

Il s‘envoie sous la barre de flèche tribord, sauf si elle est utilisée.
Dans ce cas, il s’envoie à bâbord.

Une fois envoyé, il signifie que le propriétaire est à bord.

8. Les pavois

    Il y a 2 pavois qui se hissent de 8 H 00 du matin jusqu’à la fin de la circonstance qui a motivé le pavoisement ou, au plus tard 20 H 00.

  • Le grand pavois
  • Il se fait avec les 40 pavillons du code international des signaux (lettres, chiffres et substituts).

    Il est hissé exclusivement au port, jamais en navigation.

    Pour obtenir une distribution harmonieuse des couleurs et des formes, on respectera un ordre bien précis qui n’est pas celui de l’alphabet. La flamme du code n’est normalement pas utilisée, le pavillon national en aucun cas. Selon l‘étiquette de l’Amirauté française, il est proposé l’alternance suivante :
    AB2, UJ1, KE3, GH6 IV5, FL4, DM7, PO(3ème subst), RN(1er subst), ST0, CX9, WQ8, ZY(2ème subst).
    Cette disposition élégante est composée de 2 pavillons suivis d’une flamme, et ainsi de suite.

    D’autres alternances existent à l’étranger.

  • Le petit pavois
  • Le petit pavois est utilisé pour honorer un pays ou un Club.

    Dans ce cas, le navire se limite à arborer un petit pavillon national à la proue, le pavillon du pays ou club à honorer en tête du plus grand mât (en lieu et place du guidon de Club) et du pavillon national à la poupe.

 


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.